Coupe Afrique nations (M): « Nous sentons l’anxiété monter »

Simon Buchard Menguede, sélectionneur des Lions du handball du Cameroun en stage au Brésil depuis le 14 décembre 2017, parle de la préparation de ses 20 joueurs de même que du séjour de son groupe en terre étrangère pendant les fêtes de fin d’année.Le Cameroun est au vert dans la perspective de la 23e édition de la coupe d’Afrique des nations de handball masculin prévue du 17 au 27 janvier 2018 à Libreville au Gabon. Les Lions évolueront dans le groupe A de la compétition avec l’Algérie, le Congo, le Gabon et la Tunisie.

 

” La période des fêtes est terminée”

Simon Buchard Menguede, sélectionneur des Lions du handball du Cameroun (15): “Le travail réalisé au Brésil porte ses fruits physiques”.

Comment était cette fin d’année 2017 au Brésil pour vos joueurs et vous qui étiez loin de vos familles ?

Ce n’était pas facile de passer toutes les fêtes de fin d’année au Brésil. Mais nous avons un objectif commun, du coup nous faisons des sacrifices communs. Nous avons plutôt créé une ambiance ici qui nous a permis de nous sentir seuls. Nous sommes un groupe, devenu une famille. Nous avons pris du temps. Nous nous sommes assis pour essayer de faire comme au pays. Nous avons trouvé une très grande famille ici qui a fait en sorte que l’absence des nôtres ne soit pas trop marquée. Au  Brésil nous avons une très grande mission qui est celle de viser haut. La période des fêtes est terminée. Nous regardons vers l’avant.

A deux semaines de la CAN, sur quoi et comment travaille-t-on ?

A deux semaines de notre premier match, nous sommes à la période des dernières retouches, nous abordons la période des matchs de très haute facture en amical. Nous devons voir si tous les enseignements sont bien assimilés. C’est la période où nous essayons d’avoir un bagage technique assez important. Le travail réalisé au Brésil porte ses fruits physiques. Nous entretenons cet acquis. Il faut se donner d’autres arguments techniques. Pour cela, nous travaillons sur les retouches de notre jeu en fonction des observations faites sur le terrain lors des matchs de préparation des séance d’entraînement. Le programme de travail est élaboré en fonction de la réaction de nos joueurs. Nous devons être sûrs que les corps de nos joueurs que nous manipulons seront prêts pendant la compétition. Nous avons encore quelques matches à jouer. Nous pensons beaucoup plus à notre premier match, nous pensons régler nos organismes en fonction des horaires des dits matchs et celles des repas, au temps de repos entre chacune des activités. C’est tout cela qui meuble notre dernière phase. Cette dernière phase est beaucoup plus stressante pour les joueurs. Partira ? Partira pas ? Nous sentons l’anxiété monter. Il est question de gérer tout cela positivement.

 

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.