CAN Handball (D), Cameroun: Claudia Eyenga... comme Capitaine Flam!

A 30 ans, Claudia Jossy Eyenga, Claudia Jossy Eyenga pourrait disputer sa quatrième coupe d’Afrique des nations. Le Cameroun accueille du 8 au 18 juin 2021, la 24e édition de la CAN de handball séniors dames. Et l’arrière gauche veut être de l’aventure.

CAN Handball (D), Cameroun: Claudia Eyenga… comme Capitaine Flam!

A 30 ans, Claudia Jossy Eyenga, Claudia Jossy Eyenga pourrait disputer sa quatrième coupe d’Afrique des nations. Le Cameroun accueille du 8 au 18 juin 2021, la 24e édition de la CAN de handball séniors dames. Et l’arrière gauche veut être de l’aventure.

 

Elle dribble, s’infiltre, prend des coups, tombe, se relève , ose et ne lâche jamais l’affaire. Claudia Jossy Eyenga (165 cm, 67 kg) n’a pas pris une ride dans son jeu. Etre maman, oui. Mais garder les performances au top aussi. Les maternités n’ont pas d’incidence sur sa carrière sportive. Claudia Jossy Eyenga sait tout gérer. A 30 ans, la joueuse d’Africa Sports d’Abidjan (Côte d’Ivoire) depuis 2014 est en stage avec les Lionnes indomptables du handball en vue de la 24e CAN de handball séniors dames, Cameroun 2020 (8 au 18 juin 2021). Dans le groupe, ses arrivées insufflent toujours un souffle nouveau. Elle y voit jaillir de nombreuses ondes positives. Après la CAN 2016, Claudia Eyenga  dû mettre la compétition entre parenthèse pour donner naissance à sa fille Leila Johanne Diabate Oyana. L’an dernier, c’était autour de son fils Youssouf Ismaël de voir le jour. Entre deux compétitions, elle trouve toujours le moyen de donner la vie. « J’ai joué jusqu’à ms sept mois de grossesse. Après, j’ai dû arrêter pour préparer la venue de mon fils. Mais quelques semaines après l’enfantement, j’ai tout de suite repris l’entraînement », propos empruntés à l’internationale camerounaise. Installée en Côte d’Ivoire, l’épouse Djong ne cesse de surprendre. Comme on dit du bon vin…vous connaissez la suite. C’est une sorte de Capitaine Flam, venu du futur. Souvent, quand on est plus capable de trouver une solution à un problème en attaque ou en défense, quand il ne reste plus aucun espoir elle sait tout transformer.

 

 

Claudia Eyenga est une joueuse à la sympathie bien trempée. La vie dans un groupe, l’acceptation de l’autre dans son intégralité sont au centre de l’action de cette détentrice d’un BTS en Communication et Ressources humaines. En elle, il y a de l’humanité, de l’altruisme débordants. Tenez, à peine arrivée au Cameroun pour le stage avec les Lionnes, elle a tenu à accomplir un « devoir ». Reconnaissance, gratitude, elle l’a témoigné à un de ses enseignants du secondaire au Cameroun. « Elle a remis le maillot de son club à notre cher professeur Monsieur Magloire ZANG, enseignant de sport au Collège Adventiste de Yaoundé, qui a toujours su merveilleusement veiller sur nos conditions physiques et les booster par des exercices de qualité… », peut-on lire sur un média social.

L’arrière latéral droit, régulièrement meilleure joueuse de Côte d’Ivoire si ce n’est meilleure arrière ou Femme du match, n’a pas encore essuyé ses larmes. Ces larmes abondamment versées après l’échec en finale des Jeux Africains en 2015, contre la bête noire angolaise.  Le Cameroun n’était à rien de connaître l’exploit. Mais, il a fallu ajourner pour cause d’erreurs. Claudia Eyenga, hyper active sur le terrain, n’a pas été à la « hauteur ». Ses coéquipières et elles sont tombées, sa détermination a pris un coup ce jour. Cette année, il est beaucoup plus question de laver l’affront et d’aller chercher haut. Quoi de plus normal que de convoquer et réviser ces petites choses que l’on sait faire sur un terrain.

Septième enfant d’une famille de 13, Jack Bauer, petit nom à elle donné, est la seule sportive de sa famille. Ses débuts, elle les passe au Centre de formation de Mobeke. Les bases acquises, l’envol est pris pour le TKC où elle aura le temps de mûrir, d’exécuter encore et toujours ce geste : le lobe, technique consistant à tirer en cloche dans une trajectoire hors de portée du gardien. Elle a su développer ces marquages qui l’aident à accompagner son groupe dans des situations de défense, mais aussi à occuper de façon optimale, l’espace pour battre l’adversaire. En club comme en sélection nationale, elle sait faire don de son corps. Jack Bauer sait prendre des risques et incarne bien la joueuse physique, prototype des sélections camerounaises. Plusieurs fois championne du Cameroun et vainqueur de la coupe avec TKC ou FAP handball dames, Claudia Eyenga a fait un doublé avec Africa Sports en Côte d’ivoire. Qu’importe la situation d’attaque ou de défense, comme une armée dite cinglée, Jack Bauer sait se jeter, sans calcul, le plus important pour elle étant de voir le groupe briller. Son vœu, le plus cher pour cette 24e CAN  de handball féminin prévue du 8 au 18 juin 2021 au palais polyvalent des Sports de Yaoundé. « La lionne est très bien appréciée par ses coéquipières. Je me régale à chaque fois que je la vois jouer les matchs de la coupe Africaine en passant par le championnat national », des mots pour la célébrer, sur la plume d’un supporter d’Africa Sports d’Abidjan.

 

 

 

 

1 Response

  1. Pingback : Yuoh Yvette : " Ma taille me met la pression | Fecahand

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.