Championnat national: TKC, tour de chauffe avant la compet’

En attendant le début prochain du championnat, le détenteur de la coupe du Cameroun s’ajuste avec l’objectif de foudroyer tous ses principaux rivaux sur la scène nationale.

Droite-gauche. Gauche-droite. En fin d’après-midi, vendredi dernier, en attendant d’investir le terrain d’entraînement sis à l’intérieur du lycée général Leclerc, Samuel Manock supervise les entraînements du Thunder, l’équipe junior et antichambre du TKC handball dames.

Pendant ce temps, les 21 handballeuses formant l’effectif provisoire de l’équipe première sont astreintes à trois tours du complexe sportif de l’établissement scolaire.

Après ces tours de chauffe, place aux exercices de coordination et à l’activité verbale du coach principal des vainqueurs de la coupe du Cameroun 2017 de handball féminin. « Ndjengue ! Tu bavardes avec ceux qui sont dehors ? », « Dibone, elle est où ? », fulmine-t-il.

Son autorité est davantage affirmée face à des cas avérés de désinvolture durant les répétitions des phases d’attaque initiées depuis la défense. «Ça ce n’est pas le rythme ! Plus vite ! Allez ! », crie-t-il.

À la tombée de la nuit, les lampadaires  éclairent l’aire de jeu pour l’opposition entre deux équipes constituées à cet effet. C’est le moment choisi par Albert Roger Milla, président du Tkc handball dames, pour faire son apparition et s’installer sur un banc près de la zone de remplacement. Attentif, il scrute attentivement la partie.

Non sans exprimer son avis en cas de bémol dans le jeu développé par ses joueuses. « Liliane ! Tu as une situation de tir », s’est-il exclamé. Après une heure de jeu et un dernier briefing avec l’encadrement technique, il prendra congé de ses amazones.

Depuis la reprise des entraînements le 5 février dernier, il est globalement question de préparer le corps des 21 joueuses de l’effectif provisoire à l’effort. Un programme qui s’étale jusqu’à la deuxième semaine de préparation et qui combine un travail d’amélioration de la technique des joueuses. «L’administration a tout fait pour que l’équipe reprenne les entraînements.

Tous les problèmes administratifs ont été gérés. Tout ce qui reste, c’est que les anciennes joueuses rejoignent les troupes», nous a renseigné Samuel Manock. Pour l’heure, le club enregistre l’arrivée de quatre joueuses provenant du Yaoundé university club (Yuc) et six joueuses issues de la réserve.

Un groupe encore orphelin des internationales Yuoh Yvette (permissionnaire) et Genny Mvengou (sans nouvelle).

Pour Louisette Ngue et Christelle Kemogne, la situation est autre. Bien que leurs départs ne soient pas administrativement actés, elles ont exprimé leur désir d’ailleurs. Notamment du côté de  Fap handball dames.

En attendant l’intense travail d’endurance prévu pour la troisième semaine, il sera question de diminuer la surcharge pondérale de certaines joueuses. Des lourdeurs qui devront disparaître tandis que la quête de cohésion va s’intensifier entre les bleues et les anciennes.

 

Source: Cameroon Tribune

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.