Championnat monde (F), Groupe D: « Que les filles s’expriment de cette manière est extraordinaire »

Le Cameroun doit jouer son dernier match de groupe au 23e championnat du monde de handball féminin, Allemagne 2017.Amertume et satisfaction animent l’équipe camerounaise présente à Leipzig. Raymond Mbita Mvaebeme, le président de la Fédération camerounaise de handball et trois représentants de la sélection, font un bilan du Cameroun avant la fin de la phase de groupe et évoquent des perspectives d’avenir.

« Que les filles s’expriment de cette manière est extraordinaire »

Raymond Mbita Mvaebeme, président de la Fédération camerounaise de handball.

Raymond Mbita Mvaebeme, président de la Fédération camerounaise de handball.

« Après un match on a toujours des regrets, des critiques à faire. Le match a été difficile. Il ne s’est pas déroulé comme nous le pensions. A mon avis, nous n’avons pas joué dans notre registre. Mais, les compétitions sont faites par des Hommes, les entraîneurs, les joueurs…Peuvent ils toujours avoir le même niveau de lucidité ou de fraîcheur ? Même si on se dit que l’on aurait pu faire différemment, il faut accepter les choses telles qu’elles se présentent.  Que les filles puissent s’exprimer de cette manière, à ce niveau, est extraordinaire. Ne perdez pas de vue que depuis des lustres, la Corée du Sud est la meilleure équipe d’Asie. Elle va régulièrement aux Jeux Olympiques avec des passages honorables. A la dernière coupe du monde elle était 14e. C’est une équipe qui est beaucoup plus intelligente et plus vicieuse que les autres. Cela peut expliquer les difficultés que l’on peut avoir. Nous sommes au championnat du monde, la Corée est un e grande équipe. C’est l’équipe la plus vicieuse de notre groupe. Nous sommes venus en compétition certes, mais nous nous devons surtout de tirer les leçons de l’expérience que nous avons vécue. Nous devons nous remettre en cause, et dans la mesure de nos moyens, voir comment faire pour nous préparer. Cela veut dire qu’il faudrait une plus grande ouverture sur les compétitions internationales. Il faut être au fait sur tous les plans. Nous sommes interpellés. Sur le plan financier, quand vous voyez ces équipes, c’est des grosses machines, de gros investissements. Nous devons nous demander comment faire avec nos moyens pour atteindre le plus hait niveau. »

 

 

 

« Impératif de battre la Chine »

Jean-Marie Zambo, sélectionneur de l’équipe de handball féminin du Cameroun.

« Sur le plan technique, on repart avec un goût d’amertume. Nous avons minutieusement préparé ce match. Nous savions que la Corée allait jouer en vitesse. On a, dans le choix de celles qui devaient intervenir, choisi celles qui devaient être athlétiques. Dans l’organisation collective de récupération et de montée de balles, elles n’ont pas respecté de consignes. Nous avons eu un passage à vide qui nous a été préjudiciable jusqu’à la fin du match. Les filles devraient, dans les replis défensifs, fermer d’abord l’axe, et puis éclater pour que les Coréennes ne viennent pas tirer dans l’axe et puis porter le ballon à l’aile. On essayait de les amener à tirer plus dans les ailes, en se disant que les gardiennes allaient nous aider. Elles nous ont plutôt aidés dans les tirs dans l’axe, et maintenant quand on récupère un ballon, on n’arrive pas à le porter en attaque parce que les filles, soit n’arrivent pas à manipuler le ballon, soit dans la peur de trop mal faire, finissent par donner le ballon à l’adversaire. Les tirs n’étaient pas ceux qu’on a demandés. On leur a dit de tirer en deux temps, la gardienne d’en face n’étant pas très apte comme les premières gardiennes que nous avons rencontrées lors des précédents matchs. Pour nous, ça devrait être comme une finale, compte tenu du fait que nous sommes amenés à améliorer un classement, notre classement mondial. Et cela ne peut se faire que si nous conservons la cinquième place que nous avons déjà (dans le groupe D, Ndlr). Et nous n’allons la conserver que si nous battons la Chine, et c’est impératif. Des regrets ? Non ! Peut-être parce que les filles souhaitaient de passer au second tour. Ce qui n’est plus possible. Nous sommes venus, nous avons appris, et nous apprenons davantage. Je suis persuadé que si on maintient ce groupe, il fera très mal à la fois dans nos compétitions africaines que dans les prochaines compétitions sur le plan mondial.»

 

« Le handball camerounais s’est émancipé »

Jacqueline Mossy Solle, pivot de la sélection national handball dames du Cameroun.

« Nous n’avons pas de regrets après cette défaite. Depuis le début de la compétition, nous avons joué contre trois équipes avant de rencontrer cette équipe de Corée du Sud. Nous avons assisté à deux types de handball : handball classique et un handball un peu plus rapide proposé par la Corée du Sud. Les  joueuses se déplacent plus vite, le ballon aussi, nous avons eu du mal à nous adapter. C’est pourquoi nous sommes tombées. Je suis effectivement la rescapée du Mondial 2005 auquel le Cameroun participait pour la première fois. Au niveau des performances, je note une différence remarquable entre l’équipe de 2005 et celle de 2017.En 2005, ce n’était pas cela. Nous prenions des écarts de 20 à 30 buts. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Nous nous battons. Nous jouons, les scores ne sont pas fleuves. Nous devons tirer des leçons positives dans ce championnat du monde. Cela doit nous emmener à rentrer au Cameroun, travailler et revenir au championnat du monde pour battre des équipes  comme l’Angola l’a si bien fait. Le handball camerounais s’est émancipé d’abord sur le plan africain parce que depuis, nous n’avons pas été sur le podium. Je profite pour interpeller les pouvoirs publics à travers le ministère des Sports et de l’Education physique pour vraiment valoriser le sport féminin au Cameroun. Je crois que d’ici trois à cinq ans, on ne parlera que de sport féminin au Cameroun. »

 

 

« Je suis choquée »

Berthe Abiabakon Onoukou, capitaine de l’équipe nationale de handball féminin du Cameroun.

 

«Nous n’avons pas pu gagner ce match et il y avait beaucoup de  ratés. Entre les ballons au sol, le repli difficile. Cela nous a coûté cher. Je suis choquée parce que je pense que nous avions tout pour gagner ce match. Quoi que la Corée était à la hauteur. Mais nous pouvions gagner. Nous avons intérêt à donner le meilleur de nous contre la Chine. Nous ne devons pas sortir de cette compétition comme cela, sans remporter un match. En venant au championnat du monde, de nombreuses personnes ne s’attendaient pas à ce que nous réalisions les performances. Je suis triste de constater qu’on n’a pas eu confiance en nous.  »

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.