CAN handball (D), Cameroun : La transhumance en handball, comment ça marche ?

Une vingtaine de joueuses présentes à cette ont une histoire avec pays que leur pays d’origine.

 

Ils étaient comme interloqués circonspects à la lecture du nom de la Femme du match lors du quart de finale entre le Sénégal vice-champion d’Afrique et le Congo, cinquième de l’édition 2018 et pays hôte. Diane Nguekwian Yimga, arrière des Diables Rouges camerounaise d’origine, a pris la nationalité sportive congolaise. Elle a animé pendant plusieurs années, le championnat local avec le Tonnerre Kalara Club où elle a terminé en 2012, championne du Cameroun. Comme elle, Joséphine Nkou, demi-centre des Diables Rouges et l’une des joueuses les plus capées de la sélection a été rejointe par la pivot, Léa Sharon Dorson, toutes trois camerounaises faisant les beaux-jours du Congo. Et en demi-finale de la 24e édition de la coupe d’Afrique des nations de handball féminin, elles prenaient les devants, assenant des coups durs au passage.

En handball, la transhumance sportive est règlementée et une bonne vingtaine de joueuses présentes à cette 24e coupe d’Afrique des nations de handball féminin a eu une histoire avec un autre pays (Cameroun, Sénégal, France…) Dans la sélection nigériane,  l’ailière  Daline, est un fruit de SOPECAM handball. Au Cameroun, elle évoluait sous le nom de Daline Ekani. L’une des gardiennes de Guinée, Adjara Sow, elle, Sénégalaise d’origine, est l’ex gardienne des U20 du Sénégal et vainqueur du Challenge Trophy 2014 zonal à Bamako en 2014 et continental en Ethiopie.  Goundouba Guirassy, pivot, Djelika Touré (arrière), Djeneba Tandjan (ailière) notamment ont toutes évoluées avec la sélection Espoirs de France et sont considérées comme handballeuses françaises et internationales guinéennes. La gardienne de but de l’Angola, Almeida Ba, elle, a un père sénégalais…

Dans le même régistre, Karichma Ekoh Kaltoume, arrière des Lionnes indomptables du Cameroun ayant évolué avec la même sélection des Espoirs a dû obtenir l’accord de la Fédération internationale de handball avant de rejoindre le Cameroun. Mais contrairement  à la majorité, Karichma a ses deux parents camerounais (père et mère). Tout comme la demi-centre du Sénégal, Soukeina Sagna. Eh bien, en handball, avoir joué pour un  pays n’empêche pas le changement de nationalité. Mais à quelle condition ? Confère le Code d’admission pour joueurs de handball  de la Fédération internationale de handball du 1er juillet 2019. L’article 6.3 dispose : « les joueurs ayant plus d’une nationalité peuvent changer de nationalité sportive, même après avoir représenté une autre équipe nationale sénior ». Mais ce n’est pas sans condition. Concernant les joueurs d’équipe nationale, l’article 6.3 (« Changer l’autorisation de jouer pour une fédération nationale ») du « Code d’admission pour joueurs de handball » de la Fédération internationale de handball  (IHF) du 1er juillet 2019 dispose que les joueurs ayant plus d’une nationalité peuvent changer de nationalité sportive, même après avoir représenté une autre équipe nationale sénior, à la condition d’ : «  avoir la nationalité du pays pour lequel ils jouent (article 6.1.a), et Un joueur ayant plus d’une nationalité́ est autorisé́ à représenter l’un de ces pays si, il/elle remplit les conditions stipulées sous le point 6.1. b, est né/e sur le territoire de la fédéra­tion concernée, ou sa mère biologique ou son père biologique est né sur le territoire de la fédération concer­née, ou un de ses grands-parents biologiques est né sur le territoire de la fédération concernée”, peut-on lire dans le Code de l‘IHF.

Quid des joueurs ayant plus d’une nationalité ? Ils « peuvent changer de nationalité́ spor­tive, même après avoir représenté́ une autre équipe nationale senior, à la condition de respecter les dispositions de l’article 6.1.a), et avoir vécu sur le territoire de la fédération concernée pendant plus de 36 mois consécu­tifs, et trois ans avant leur convocation pour l’équipe nationale en question, n’avoir joué́ dans aucune équipe nationale d’un autre pays lors d’un match officiel’, extrait du code. Et sont considérés comme matchs officiels les matchs de qualification pour un Championnat continental, les matchs d’un Championnat continental, les matchs de qualification pour un Championnat du monde de l’IHF et des Jeux Olympiques, les matchs d’un Championnat du monde de l’IHF et de Jeux Olympiques ainsi que d’autres compétitions reconnues par la Fédération Internationale de Handball.

Donc, pas de panique, le marché est ouvert et la bourse est favorable au plus offrant.

 

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.